Artikel vom 03.09.2006

Druckversion

Elsass - Kultur

Übersetzung/Traduction: L'Affaire Büttner

L'ECOMUSEE DECAPITE

Traduction de l’article de Jürg-Peter Lienhard sur www.webjournal.ch du 31/08/2006 - Übersetzung aus dem Deutschen von «J.-P. Lienhards Lupe» vom 31.8.2006 auf webjournal.ch (Link zum Original am Schluss)

Von Redaktion



Le ricaneur Büttner avec la tête de son victime de génie supérieure Marc Grodwohl. Montage-photo: J.-P. Lienhard, Bâle © 2008


Les sales petits affaires de la politique alsacienne : l’échec du bioscope, c’est l’Ecomusée qui doit le payer !

Marc Grodwohl, le fondateur de l’Ecomusée se voit expulsé par la politique alsacienne et avec lui 50 des salariés restants dans le merveilleux Ecomusée d’Ungersheim !

Les Haut-Rhinois devraient se révolter devant une telle ignominie, qui d’évidence est une mise à mort ; la curée était préparée depuis longtemps et depuis longtemps dans le pipeline !

Mais les politiques responsables ont le couteau sous la gorge car la catastrophe de l’imbécile parc en plastique du bioscope paraît inévitable : le Département du Haut-Rhin et la Région Alsace ont enfoui 30 Mio d’€ dans le sable, à la place des 260.000 visiteurs attendus, ce sont peut-être 2600 qui se sont évaporés dans le no-mans-land du bioscope dans le Bassin Potassique à Ungersheim, à 5 km de la gare la plus proche et seulement accessible en voiture !

Les responsables, et en tête le Président du Conseil Général du Haut-Rhin, en sursis, Charles Buttner et son collègue Bas-rhinois Adrien Zeller, ainsi que toute une troupe de disciples vont bientôt avoir à se souvenir douloureusement d’Eulogius Schneider : Eulogius Schneider voyageait avec un exemplaire mobile de la fameuse invention du Docteur Joseph-Ignace Guillotin pour couper des têtes, comme en Alsace on coupe les têtes de choux… !

Le 2 décembre 1997 le Gouvernement de Bâle Ville avait décidé de rejoindre le syndicat du bioscope de St Louis. Le Département de la Justice de Bâle Ville annonçait alors à qui voulait l’entendre : « Les promoteurs du projet fondent de grands espoirs économiques sur ce parc ; ils en déduisent que 1,5 mio de visiteurs seront à comptabiliser. Les investissements pour le bioscope sont estimés à 1,6 Miard de FF. »
Et 1,6 Miard FF au cours de l’époque, soit à 0,20 CHcent/1FF, font aujourd’hui 416 Mio de CHF soit 260 Mio €. C’était l’époque de Hans Martin Tschüdy pendant laquelle le gouvernement de Bâle Ville, tous étendards dehors, se ralliait à ce bluff ! La tête de Tschüdy entre temps a été coupée !


Marc Grodwohl, le fondateur de l’Ecomusée, comme tout le monde, n’a pas pris ce projet au sérieux ! En effet, à chaque changement de saison on voyait arriver à tire d’ailes de Paris une nuée de « coquelets français » pour embobiner les péquenots d’alsaciens avec des fausses promesses !

Les spéculateurs à l’affût avaient senti l’odeur du sang ! C’était l’époque où l’Alsace attirait, comme les excréments de chien attirent les mouches bleues, les intrigants et les rêveurs vers ses friches et ses atouts culturels de Mecque touristique, noyés sous les sunlights, et considérés comme l’Eldorado du continent européen !

Entretemps l’Ecomusée avait grandi : passant de la passion créatrice des volontaires des débuts à une entreprise solide, qui ne se plaçait sous le contrôle d’aucune classe dirigeante et défiait, par ses initiatives courageuses et son succès ininterrompu, les fonctionnaires serviles ou vénaux et les cancres de l’establishment alsacien !

Le fondateur de l’Ecomusée semblait avoir toléré cette situation et de tout temps précisément prévu que l’étroitesse d’esprit de ces petits cerveaux ne pouvait rien produire de bon - malgré leurs déclarations grandioses - et que tout finirait lamentablement dans le sable !

Mais un esprit brillant ne peut qu’attirer les jaloux, car jalousie et intrigue vont de pair, tout comme les éternels seconds ne peuvent que devenir les adversaires haineux des vainqueurs !

Dans sa clairvoyance Marc Grodwohl savait et compris très vite que l’horizon politique commençait à s’assombrir, que le bioscope devenait un « poignard de Brutus », qu’il connaîtrait le même sort que Rigoletto avec sa Gilda, que les railleurs assoiffés de vengeance, et au moyen de basses intrigues, lui enlèveraient ce qu’il a de plus cher au monde !

L’Amour est risible, l’Amour est-il risible ?

Oui, l’Amour, voilà le mot exact ! Tout l’Ecomusée respire l’amour, dans les moindres recoins et dans tous les détails, mais avant tout l’amour pour ce qui a germé du sol alsacien, tout ce qui y a grandi et toutes les souffrances qui y sont liées ! En d’autres termes le reconnaissance de tout ce que nos aïeux ont transmis et qui donne sens et valeur à notre vie d’aujourd’hui !

C’est ceci l’amour et non pas les visions idiotes d’hommes d’affaires qui n’ont aucun avenir parce qu’ils sont incapables de voir le passé. Voilà le message de Marc Grodwohl, celui qu’il transmettait par ses écrits et ses paroles !

Certains comprennent ses paroles immédiatement, d’autres non, et ne les comprendront jamais: Toujours est-il qu’un nombre inestimable et probablement la majorité des visiteurs depuis la fondation ont pris plaisir à flâner à travers ce musée !

Mais voilà que s’oppose au langage de Marc Grodwohl un tout autre langage : celui du calcul et du silence, comme celui des joueurs d’échecs ! Toutefois le mot « Echec » n’est pas employé ici à bon escient car les joueurs eux comportent entre eux de manière chevaleresque, avec des tours, des cavaliers, des fous et aussi de péquenots….. Cela peut paraître la même stratégie mais dans ce cas il s’agit du mot « Intrigue » ! !

Gare à toi Brutus !

Et le poignard sous la toge de Brutus- comme il est déjà bien effilé - si l’on veut en croire l’article du journal l’Alsace du Mercredi 30/08/06 : « Le fondateur Marc Grodwohl et le Président de l’Association de l’EMA doivent " quitter la table " », veut dire: « aller au diable », sans compensation ni aucune reconnaissance » !
Voilà ce qu’exige celui qui tremble pour sa tête, l’un des acteurs de la déconfiture du bioscope, le « Bodybuilder » Charles Buttner, Président du Conseil Général du Haut-Rhin, par la voix de ses adeptes : selon une information anonyme transmise à une jeune journaliste non invitée après la réunion du Conseil d’Administration de l’Association le Mardi 29/08/06 !

Et encore un coup de poignard de dessous la toge du Président du Conseil Général du Haut-Rhin. Alors que depuis le 06/12/05 le nombre d’employés en ETP a été réduit de 160 à 100, il faudra encore une fois licencier 50 personnes parce que les salaires d’octobre ne sont pas garantis pour tous. Ainsi on économise 600.000€, autant que le Conseil Général est encore redevable à l’Ecomusée en tant que subvention promise, somme qui a été ensevelie dans le bioscope ! Ces 600.000€ économisés devraient être portés à un fond avec lequel les licenciements seront financés !

Des sources anonymes ne sont certainement pas des sources et Marc Grodwohl, mitraillé d’ingratitude, le sait ! C’est pourquoi il ne veut pas prendre position par rapport à ces articles de presse jusqu’à ce que le Tribunal de Commerce prenne le 12/09/06 une décision sur la situation.

C’est Marc Grodwohl qui a demandé lui-même au printemps la mise sous protection de l’Association, avec un mandataire de surveillance approuvé par le Tribunal. Avec ce coup habile Marc Grodwohl a voulu mettre en lumière que ce n’est pas une mauvaise gestion mais au contraire le non versement des subventions promises qui condamnerait l’Ecomusée au dépôt de bilan. Tout simplement parce que l’argent a été gaspillé à cause du bioscope !

Les comptes et les chiffres, que ce soit pour une continuation, un dépôt de bilan ou l’abandon de l’Ecomusée (ce qui ressemblerait au pillage des musées de Bagdad !) personne ne peut se les procurer officiellement. Ce que le journal l’Alsace prétend savoir paraît pure spéculation. Ce qui est toutefois vrai c’est que la situation financière est au plus mal parce que les soutiens financiers publics ont été refusés : tout ceci sera éclairci le 12 septembre !

Le seul commentaire que Marc Grodwohl a fait lors de ses dernières déclarations : « Je suis directeur de l’Ecomusée et je le serai jusqu’au 17/09/06, ensuite nous verrons, et c’est alors que je répondrai à la presse. » !

Dimanche le 17/09/06 se tiendra l’Assemblée Générale de l’Association qui décidera de l’exclusion de son fondateur. Ou bien Marc Grodwohl se retirera de son plein gré, ce qui ne pourra qu’être bénéfique à sa santé minée par les intrigues des deux dernières années. Il ne pourra plus tenir tête au groupe de investisseurs du bioscope et en aucun cas au Conseil Général : leur décision est déjà prise : Echec et mat, et cela depuis longtemps, et sans considération pour l’Alsace et ses pertes !

Et voilà justement ce que cette région de langue alémanique ne doit pas tolérer. Même si les jeux sont faits :

• on sacrifie une œuvre merveilleuse à un projet imbécile !

• le but est de fusionner l’Ecomusée avec le bioscope, sous l’égide des managers financiers du bioscope depuis Paris !




L’ECOMUSEE appartient à toute la Région des 3 Frontières, qui a elle aussi mis des moyens publics dans le projet de l’Ecomusée ; Il appartient à la Région des 3 Frontières car les visiteurs des 3 pays frontaliers l’ont soutenu avec leurs entrées et leurs dons, et parce que ces 3 pays ont contribué avec de nombreux bénévoles à la construction de ce musée !

Et avant tout l’Ecomusée appartient à la Région des 3 Frontières car il décrit la civilisation du Rhin Supérieur qu’il a mise en évidence et rendue ainsi visible !

L’histoire de NOTRE civilisation commune : LA NOTRE , Mr Buttner !





Marc Grodwohl, attaqué de Brutus, condamné «à la mort», peut compter sur le soutien morale de Mme Solange Fernex, malade de cancer. Photos: J.-P. Lienhard, Bâle @ 2006

Von Redaktion

Fr weitere Informationen klicken Sie hier:

• J.-P. Lienhards Lupe im Original deutsch

• Voir le site en langue allemande de l'Ecomusée d'Alsace

• Veuillez également lire l'humouresque triste sur le Bioscope


Klicken Sie hier, wenn Sie fortan bei neuen Artikeln dieses Autors benachrichtigt werden wollen!





Nach oben


Copyright © 2003 by webjournal.ch

 

Die Funktion Newsletter ist wegen Spam blockiert. Schreiben Sie eine Mail an info(ad)webjournal.ch mit dem Betreff: «Bitte newsletter zusenden» Besten Dank für Ihr Verständnis.